WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

samedi 26 novembre 2016

[Jours de Gloire] Les Quatre-Bras 1815, j'ai tendu la joue gauche !

Il y a quelques mois en arrière, j'avais affronté Bertrand sur le scénario les Qatre-Bras 1815 de la série Jours de Gloire de Frédéric Bey et j'avais perdu avec les français en n'enlevant pas ce carrefour stratégique. Aussi, lorsque Bertrand m'a proposé de remettre cela, je n'ai pas hésité un instant et nous avons convenu de jouer le scénario n°1 du trophée du bicentenaire : "Ney attaque et Wellington résiste".

Les forces françaises avec Ney à sa tête

Ce scénario débute le 16 juin 1815 à 16h00 et se termine 4 tours plus tard à 20h30 et les règles de jeu sont légèrement amendées pour rendre la partie plus rapide. Ainsi, le dernier marqueur d'activation présent dans le bol est joué. Par ailleurs, la règle de l'intégrité divisionnaire est ignorée, ce qui permet d'empiler des formations de différentes divisions dans un hexagone sans malus lors des combats (pas de -1 en cohésion lors d'un combat ou mise en carré avec un test de cohésion). Enfin, les fermes fortifiées ne concernent que celles de Gémioncourt et de Haute-Cense et donnent respectivement 2 points de victoire et 1 PV pour leur contrôle en fin de partie par les coalisés.

Le déploiement initial des troupes.

Les conditions de victoire sur ce scénario tiennent à la possession d'objectifs géographiques, le carrefour des Quatre-Bras, les fermes fortifiées de Gémioncourt et Haute-Cense et la mise en déroute, la démoralisation et l'élimination d'unités. Enfin, l'utilisation ou le ciblage de la formation GUYOT/L.-D (L.-D : Général de division comte Charles Lefebvre-Desnouettes, division de cavalerie légère de la Garde impériale) rapporte des points de victoire au joueur coalisé.

Wellington tient fermement le carrefour des quatre-bras,
mais pour combien de temps ?

J'avais joué les français lors de notre précédent affrontement, aussi j'ai proposé à Bertrand de prendre les forces coalisés commandées par le Duc de Wellington. voici donc un résumé assez rapide cette partie en photos et commentaires.

Les coalisés disposent de 6 MA et le français de 5 seulement
au début du scénario.

Le déploiement initial des forces proposé par le scénario doit permettre de rapidement voir s'affronter les deux armées pour la possession des objectifs territoriaux. 

Les objectifs des coalisés sont cerclés en orange.
Les unités de la formation Guyot sont cerclés en violet.

Le coalisés tient la ferme de Gémioncourt, le carrefour des Quatre-Bras et les abords de la ferme fortifiée de Haut-Cense. La stratégie pour moi était donc de naturellement défendre ces objectifs le plus longtemps possible (4 tours) en infligeant des pertes aux unités françaises. Pour Bertrand, il devait être agressif et rapide pour me dérouter et éliminer un maximum d'unité toujours en quatre tour et si possible ne pas utiliser les unités de la formation Guyot/L.-D (la cavalerie légère de la Garde) ou éviter qu'elles soient ciblés par les canons coalisés entre-autre.

Toutes mes formations sont en ordre reçus au départ,
car elles sont à 4 hex ou moins de Wellington.

Bertrand détache sa cavalerie pour contourner mon flanc gauche sans doute !

Je vois avec effroi les batteries d'artillerie adverses
se déployer derrière l'étang Materne.

De mon coté je développe ma ligne sur ma gauche, mais en arrière de la route.

Devant la ferme de Gémioncourt les batteries adverses sont menaçantes
et ne tarderont pas à m'envoyer du boulet en masse compacte !

J'ai pris une option stratégique en envoyant sur le bois Cherru
(juste au dessus de l'étang Materne) un élément d'artillerie seul !

Du coté français, Ney a envoyé sa cavalerie sur mon flanc gauche,
tout en retenant les unités de la formation Guyot sur son flanc droit.

L'effort Français porte essentiellement sur mon flanc gauche défendu
notamment par les unités Merlen et Best (formation Wellington).

A ce moment de la partie les premiers affrontements n'ont pas encore eu lieu.
Avec du recul, mes deux unités de cavalerie et d'artillerie avancées sur ma gauche
sont trop en avant et donc sans ordre (c'est handicapant).

Distribution des ordres, c'est là qu'il faut bien les distribuer !

Un duel d'artillerie a lieu autour de la ferme fortifiée de Gémioncourt !

Bertrand m'a éliminé mon artillerie dans le bois de Cherru
et la cavalerie Merlen est zoquée. Avec un mouvement tournant il contourne
mon flanc gauche...

Mes premières unités partent en déroute et sont pour certaines désorganisées.
C'est le début des ennuies, car je vais perdre des ordres pour réorganiser tout ça !

La cavalerie de l'unité Merlen résiste un peu mais elle est isolée et sans ordre reçu.
Cela va être difficile pour la faire retraiter en bon ordre vers la ligne coalisée.

Fin du deuxième tour, les renforts vont arriver pour moi mais c'est peut-être
déjà trop tard !

Début de 3eme tour, Bertrand ne relache pas la pression sur mon flanc gauche.
La ferme fortifiée de haut-Cense est toujours tenue par un détachement coalisé.

La cavalerie Française charge les unités d’infanterie coalisées.
Elle sabre à tout va, mes unités partent en déroute au mieux
lorsqu'elles ne sont pas purement éliminées.

Fin du 3eme tour, je concédè la partie et la victoire à Bertrand.
Les coalisés sont submergés sur leur flanc gauche.
Le carrefour des Quatre-Bras va être pris certainement
car je n'est plus d'unités fraiches à opposer aux Français.

Le bilan de cette partie :

Que retenir de cette partie, si ce n'est que j'ai perdu ? Et bien cela a été une partie fort plaisante (comme à chaque fois avec Bertrand). J'ai beaucoup apprécié de rejouer la bataille des Quatre-Bras et de distribuer les ordres à mes unités pour essayer de trouver une parade aux attaques en force de Bertrand. Par ailleurs, je pense avoir opposé une "petite résistance" aux forces françaises menées par Bertrand et par moment l'avoir un peu contrarié (notamment en ciblant sa formation Guyot avec mon artillerie).

Ce que j'ai réussi :
- je pense avoir joué de manière relativement fluide sans trop revenir souvent au livret de règles,
- j'ai conduit des attaques d'infantrie et d'artillerie en maitrisant mieux les procédures de tir et de choc (je n'ai pas eu l'occasion de mener des charges !),

Ce qui a moins bien fonctionné :
- je n'ai pas réussi à maximiser les rapports de force pour contrer un peu Bertrand,
- je ne maitrise pas encore suffisament les réponses efficaces aux charges (mise en carré, contre-charge...) et chocs (refus de choc),
- je n'ai pas assez étudié en amont le scénario et les forces à ma disposition, du coup mon plan de détacher une unité d'artillerie et de cavalerie pour tenir le bois de Charru n'était pas une bonne idée (c'était une inspiration et pas une réflexion approfondie !!!).
 
Conclusion : 
Je me suis bien amusé à jouer ce scénario avec Bertrand qui a eu la gentillesse de "setuper" les unités pendant que je prenais des photos de la soirée de jeu à l'association. J'ai donc passé un agréable moment (environ 2h30) à ferrailler avec Bertrand et j'apprécie de plus en plus cette règle. 


Bon la série Jours de gloire va bientôt accueillir un nouvel opus avec les batailles de Ligny et Wavre, je vais résister longtemps et le pré-commander pour l'avoir au pied du sapin !

A bientôt...