WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

mardi 31 juillet 2018

[Open the box] Dos de Mayo, le jeu de la journée héroïque de 1808 !

A l'heure de bientôt partir en vacances et de traverser comme à chaque fois l'Espagne pour rejoindre la Lusitanie, j'ai envie de vous présenter un petit jeu intitulé 32 de Mayo" sous titré le jeu de la journée héroïque de 1808.  Il s'agit d'un jeu de Daniel Val Garijo et publié en 2008 par Gen X Games. Voici en quelques illustrations le contenu de la boîte et les principes de ce jeu historique sur fond de guerre napoléonienne en Espagne.

La version de 2008 du jeu avec une illustration
de la peinture de Goya bien connue.
Alors quel est le but du jeu Dos de Mayo : il s'agit pour les deux joueurs (chacun choisissant soit le camp français soit le camp espagnole) de réaliser les conditions de victoire. A savoir pour le camp français de tenir les quatre zones d’accès au centre de Madrid, plus éliminer toutes les forces Espagnole représentées par des cubes en bois rouge et ne pas perdre plus de quatre troupe (cubes bleus) avant la fin du dixième tours de jeu. Pour le joueur représentant le cap espagnole, il suffira d'empêcher les français de remplir au moins une condition de victoire toujours avant la fin du 10ème tours.


La quatrième de couverture.
 Passons maintenant au contenu de cette petite boîte de jeu, on y trouve :
-  Un plateau de jeu représentant la ville de Madrid et divisée en 21 zones de jeu, 

-  41 cubes en bois avec 30 bleus (les troupes françaises), 10 rouges (les troupes espagnoles), et un cube en bois non peint servant de compte-tour,
-  22 cartes évènements : 11 françaises (avec un dos de couleur bleu) et 11 espagnoles (rouge),
- 2 aides de jeu, 
- 1 piste sur une carte servant de compte tour,
- et enfin une courte règle du jeu, bilingue anglais/espagnole.

Le matériel de jeu avec un déploiement initial des troupes dans Madrid.

Le set-up, les troupes françaises encerclent
complétement les espagnoles.

Gros plan sur un cube en bois de très petite taille (moins d'un cm).

Une carte action espagnole (bilingue) intitulée :
"José Blas Molina Y Soriano.

Une carte action française intitulée : "Artillery"
Le déroulement du jeu se divise en quatre phase de jeu : préparation, ordres, mouvement et résolution (des combats).

Durant la phase de préparation chaque joueur peut piocher une carte et en fonction du différentiel de cartes détenues dans la mains de chaque joueurs (3 ou 4 de différence induisent des effets de pioches différents).

Pendant la phase d'ordres, chaque joueur note secrètement  le numéro de la zone de départ et le n° de la zone d'arrivée pour indiquer un mouvement de troupe. Le joueur français est limité à deux mouvement (hors certaines zones précises) et le joueur espagnole à toute latitude pour bouger.

La phase de mouvement consiste à exécuter les ordres prescrits précédemment de manière simultanée et en ajoutant la possibilité de jouer des cartes événements (les actions). Certaines restrictions opèrent ici quand aux zones où il y a une constestation de territoire.

Enfin, la phase de résolution termine le tour de jeu et consiste à résoudre les combats pour les zones contestées, c'est-à-dire, les zones où se trouvent à la fois des cubes (troupes) espagnoles et française. La résolution des combat est fort simple, il suffit de comparer le nombre cube de chaque coté et de retirer 1 à plusieurs troupes selon qu'un groupe possède une force supérieure à l'autre avec un différentiel de moins du double (perte d'un cube), du double (perte de 2 cubes), du triple (perte de 3 cubes) etc... Les  cartes événements jouées peuvent aussi apporter un bonus dans la comptabilisation des troupes.

Cette règle qui tient en 5 pages pour la version traduite en français (que l'on peut trouver sur BGG) accompagnée d'un exemple de tour de jeu sur 3 pages, est simple mais propose une profondeur de jeu importante. surtout, il y a une forte re-jouabilité avec les cartes éventements qui apportent des rebondissements dans le déroulement des tours de jeu.

A noter que ce jeu possède une extension qui reproduit les scénarios du type what if ? (et si ?) intitulée : Dos de Mayo : Assault on Palace Grimaldi (2011).



Donc, voici un petit jeu historique fort sympatique que j'emmenerais bien vonlontier avec moi (s'il me reste de la place) pour le pratiquer en vacances.


A suivre ...

[J'ai lu] La pointe du diamant de Yannick Piart.

Ces dernières semaines, j'ai été bien occupés tant professionnellement que personnellement et je n'ai pas pu pratiquer mes respirations habituelles telles le sport et les jeux, aussi pour garder un espace de détente il me restait la lecture. Dans ce domaine, j'ai aussi du retard dans mes articles mais pour une fois je vais en écrire un à chaud sur le livre de Yannick Piart intitulé "La pointe du diamant" sous-titré la guerre en Libye à bord d'un rafale marine. En voici un petit résumé suivi de mes impressions. Bonne lecture.

La pointe du diamant est disponible sur amazon
et dans toutes les bonnes librairies.

Ce livre aux éditions Nimrod a été publié pour la première fois le 14 octobre 2017 et contient 288 d'un récit fort haletant. La preuve en est que je l'ai lu en moins de deux semaines ce qui est un record étant donné le de temps que j'avais de disponible. 

Je vous donne le contenu de la quatrième de couverture : " Après plusieurs mois passés en mer d'Arabie sur le porte avions Charles de Gaulle, à partir duquel ils ont opéré dans le ciel afghan contre les talibans, les pilotes de chasse de la Marine Nationale ont retrouvé leurs familles en France et s'apprêtent à reprendre les entraînements. Mais l'actualité en décide autrement. Le monde arabe s'embrase en ce printemps 2011. En Libye, les chars de Kadhafi sont aux porte de Benghazi et menacent de réprimer dans le sang une population en révolte qui aspire à retrouver sa liberté. Le 17 mars, le Conseil de Sécurité de l'ONU vote la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne pour protéger les civils systématiquement visés par l'armée du dictateur et mettre fin aux disparitions, tortures et exécutions sommaires. Soixante-huit heures plus tard, le Charles de Gaulle appareille. Dès lors, pour le capitaine de corvette Yannick Piart, breveté pilote militaire en 2001, les missions vont se succéder pendant plusieurs mois à un rythme effréné. Catapulté à bord de son Rafale Marine de jour comme de nuit, il va mener avec ses camarades des frappes aériennes des plus diverses aux commandes du fleuron de l'aviation française. Véritable immersion dans l'ambiance survoltée d'un cockpit de chasseur et portrait fidèle de la carrière d'un pilote de l'aéronavale, La pointe du diamant offre également un témoignage sincère sur les combats et l'engagement exceptionnel des hommes et des femmes du groupe aérien embarqué, ainsi que sur l'incroyable fourmilière humaine que constitue le Charles de Gaulle avec ses 2000 membres d'équipage." 

Pour ce qui est de mon avis sur ce récit, et bien je le trouve passionnant et prenant quasiment de bout en bout. L'auteur retrace son parcours dans l'aéronavale et principalement son déploiement sur le Charles de Gaule lors de l'opération Harmattan en Lybie. Cependant son récit est entrecoupé de flashback fort intéressants sur notamment son passage en école d'instruction en Bretagne, les appontages aux states avec ces collègues américains, puis son passage en Afghanistan etc... J'ai trouvé cependant qu'ils tombaient pas tous forcement judicieusement au bon moment dans le récit mais néanmoins ils sont tous utiles à la compréhension globale du récit.

Enfin, j'en terminerais par les dernière pages du livre sur la justification des interventions des forces françaises en dehors de l'hexagone et j'ai trouvait assez bizarrement que cette partie terminale tombait comme un cheveux sur la soute. Sans doute cet ex-pilote de chasse a voulu démontrer qu'un militaire une fois sortie du cadre de la grande muette pouvait exprimer une opinion sur la politique menée par la France dans la lutte pour la libération des peuples, mais j'ai trouvais que ce passage n'était pas très utile à mon humble avis. 

Si je devais mettre une note, cela serait du 4.5/5 sans hésitation. Donc foncer sur ce livre pour les amateurs du genre, vous ne serez pas déçu.

 
L'auteur (extrait du site letelegramme.fr)


A suivre... 

vendredi 13 juillet 2018

[Urban Operations] Scénario Lead the Way (Mogadiscio 3 octobre 1993, 16h30).

Il y a quelques semaines déjà, j'ai eu l'occasion de jouer une partie de découverte du jeu Urban Opération avec Erwan. Ce jeu de Sébastien de Peyret publié par Nuts Publishing et développé par Thomas Pouchin est un wargame tactique qui se déroule en zone urbaine. 
Cet article est un compte-rendu rapide des premiers tours que nous avons joué sur le scénario "Lead the Way" se déroulant à Mogadiscio le 3 octobre 1993. Bonne lecture.

 
La couverture de l'exemplaire signé d'Erwan.

 
Le scénario Lead the Way se déroule donc le 3 octobre 1993 dans la ville de Mogadiscio en Somalie. Le Faucon Noir (Black Hawk) a chuté dans la zone urbaine et les miliciens affluent de toute part pour capturer les rescapés de l'épave Super 61. Deux sections de Rangers et de Delta force viennent à la rescousse pour rallier le site du crash mais les modes opératoires et les moyens de communication entre ces deux forces ne sont pas optimum. Un appui aérien sous la forme d'un AH-6 Little bird et un UH-60 Black Hawk veillent sur l'avance des troupes américaines vers le crash. 

En tant que joueur US, je dois rallier l'épave du faucon noir tenue par le 1st lieutenant Di Tomasso avec deux unités du groupe Combat Search & Rescue.  

La feuille récapitulative du scénario Lead The Way.
  
Le set-up initial avec placement de miliciens et du site de l'épave.


Vue du coté US : je décide de constituer deux piles d'unités avec les Delta
à gauche et les rangers à droite.

Sur ce plan, on peut distinguer à gauche la feuille aide de jeu,
au centre la feuille de scénario et droite la feuille d'aide de jeu en couleur.


Je lance mes rangers sur la droite de la carte en formation groupée.


Sur le site du crach, les rescapés sont pris à parti directement
par les miliciens d'Erwan qui cherche à saturer ma position.
 
Le chemin va être long pour atteindre le site de l'épave et les camarades,
d'autant que les miliciens ont créé des barrages dans des carrefours
de rues qui ralentissent bien ma progression.

Les Deltas sont moins nombreux mais disposent d'une force
de frappe plus importante que celle des Rangers.
Les blocs à terre ont été pris pour cible et/ou ont tiré.

Sur cette vue arienne, on peut constater que la progression des troupes
de sauvetages est très lente et que les miliciens se dirige vers le site du crash.
Les forces US sont donc coupées en deux avec des miliciens somaliens entre eux.

Le 1st Lieutnant Di Tomasso résiste bien dans l'épave du Black-Hawk,
il a déjà repoussé une attaque sur sa gauche mais la menace est grande sur sa droite.

Les miliciens subissent des pertes avec les tirs précis des Rangers
et la riposte efficace de Di Tomasso.

Je tente une action pour briser l'encerclement au niveau du faucon noir
et je détache un élément pour attaquer une troupe de milicien
juste en dessous du Black Hawk.
 
Fin de la partie, je me rapproche du site du crash et l'assaut mené
par un détachement de l'hélicoptère tombé est une réussite.
Cependant de nouvelles troupe de miliciens font leur apparition sur mes arrière.
Les affaires se corse !

Bilan : 

J'ai passé deux bonnes heures de jeu avec Erwan qui m'a fait découvrir ce très bon wargame de combat en zone urbaine. J'avoue qu'au début j'ai été un peu perdu sur les actions que je pouvais entreprendre, mais néanmoins au fur et à mesure de l'avancement de lma partie, j'ai commencé à prendre plus d’autonomie dans mes décisions. J'ai pu constater que les différentes actions de jeu collaient bien à la réalité du terrain (tel que je peux les connaitre au travers de mes lectures intéressées). 

Si je suis amené a rejouer à ce wargame (ce que j’espère), je me fendrais alors d'un article pour décrire plus précisément le fonctionnement de ce jeu.

En tout c'est une très belle découverte (et reussite !) et je ne peux que souhaiter y rejouer rapidement.




A suivre...

mercredi 27 juin 2018

[DBA] La bataille de Télamon 225 av. JC.

Avec Gaelyann, Gérald et Dricks nous avons joué la matinée de la convention Little wars III du 15 avril 2018 à Saint Jean-de-Braye un scénario double DBA sur la bataille de Télamon (225 av. JC.) conçu par Yanngaël. Je jouais les romains en association avec Gérald et nous étions opposés à Yanngaël et Dricks qui avaient la rude tâche de mener au combat des gaulois encerclés par deux armées romaines. Voici un compte-rendu de cette bataille en quelques images.

Romains contre Gaulois à Telamon (en Italie).

Sur ma partie de terrain, j'étais opposé aux gaulois de Yanngaël et sans trop de difficultés (essentiellement grâce à des jets de dès très supérieurs à la moyenne), j'ai réussi à bousculer les gaulois qui ont finalement retraité.

Les déploiement initiaux des 4 armées.
En bleu les gaulois et et rouge les romains.

Un camp romain à un bout de la table de jeu.

Mon coté de terrain et le déploiement initial des troupes.

De gauche à droite : Yanngaël, Dricks et Gérald.

Les premiers mouvements et les armées vont au contact.

Vue du coté de Gérald et Dricks !

Vue de mon coté : les deux armées se font face prêt à  en découdre.

Du coté de mon partenaire Gérald (Romains), Dricks (gaullois) attaque en masse !

Et les romains subissent une très sévère défaite de se coté du champ de bataille.
Les romains ne peuvent plus attaquer et devront retraiter.

De mon coté je manœuvre patiemment mes cohortes romaines pour obtenir
les surnombres et positions les plus favorables au combat.

Je tente d'éliminer l'aile gauche gauloise tenue notamment par un char !

J'arrive juste à éliminer une troupe à pied en soutien
du char et je dois faire reculer mes psilois !

Une vue prise au centre du champ de bataille avec la partie droite
dominée par les gaulois et la partie gauche en plein affrontement
et au résultat encore indécis.


De son coté Gérald subissait une défaite contre les gaulois de Dricks et pour le coup ce dernier décida de vite me rejoindre pour engager la bataille finale. Celle-ci fut assez indécise jusqu'au moment où sur mon flanc droit 3 combats normalement pas létaux se soldèrent en 3 pertes de mon coté. La suite en images.

Une vigoureuse attaque (et une très forte réussite aux jets de dés) des romains
contre le centre gauche gaulois me permet de couper en deux l'armée de Yanngaël !

Sentant la victoire proche les romains se jettent sur le char gaulois
à droite pour retenter leur chance.

Cette fois-ci il ne peut résister et il est promptement éliminé.

Pendant ce temps là Dricks et ses gaulois font mouvements
vers nous pour rejoindre la bataille.

Il ne me reste plus qu'une unité adverse à éliminer pour ensuite
affronter les gaulois de Dricks.

C'est chose faite, je triomphe de l'armée gauloise de Yanngaël mais cela a pris du temps
et pendant ce temps là, la deuxième armée gaulois s'est bien rapproché
du centre de la table.

De trés bon jets d'initiative me permettent de reconstituer une ligne de front cohérente
et surtout d'envisager la suite de la bataille avec de bons espoirs de victoire !

Dricks décide de m'affronter en terrain difficile sur mon aile droite :
auxiliaires contre psilois !

Je subi un recul seulement de mes deux unités de psilois.

Dricks tente à nouveau de passer par la montagne sur ma droite
et attaque de nouveau en ce point.



Et là ... c'est le drame car mon aile droite de disloque : je perds 3 unités d'un coup.
Mon flanc droit devient totalement ouvert aux hordes gauloises.

Dans un dernier souffle je lance mes blades au centre
contre les piétons et montés gaulois.

Mais rien n'y fait ils résistent vaillamment.

Dans son tour de jeu Dricks prend l'initiative d'attaquer
et surtout me déborde une unité qui ne pourra pas reculer
en cas de mauvais jet de dé.

Sur mon flanc gauche, je cherche avec mon général à éliminer deux unités
de bandes guerrières en soutien mais je suis moi-même débordé.
Ce sera du quitte ou double !


Malheureusement je perds ma quatrième unité face à l'attaque du char
et je ne réussi qu'à faire reculer les unités qui encercler mon chef.

fin de la partie au 10ème tour de jeu avec la victoire
du camp gaulois contre les romains.

Les gaulois de Dricks ont triomphé de deux armées romaines contre toute attente.

Vue du centre de la table de jeu à l'issue des derniers combats.
Le camp gaulois au centre n'aura jamais été menacé par les armées romaines.

Bilan :

Cette partie de double DBA organisée par Yanngaël s'est donc tenue lors de la rencontre Little wars III à saint-Jean-de-Braye (Loiret) et nous aura bien occupé durant une dizaine de tours environ trois bonnes heures.

Le scénario mis en musique par Yanngaël était particulièrement intéressant à jouer car chaque joueur pouvait affronter une armée adverse sans trop de temps mort. Le suspense sur l'issue de la bataille à quand même duré 9 tours et la persévérance et la confiance de Dricks dans son armée (et les dés) lui permis de remporter la victoire pour le camp Gaulois.

Donc, je n'ai qu'une chose à écrire pour terminer : DBA grand format sur des scénarios adaptés c'estsuper intéressant. J'espère que cette initiative fera des petits pour nos joute de la saison prochaine à l'association.



A suivre ...