WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

dimanche 15 janvier 2017

[DBA - PUNICA] La trébie, un début de campagne terrifiant !

A l'initiative de GaelYann, Gérald et moi-même nous nous sommes lancé dans une campagne tirée du supplément Punica (éditions ZBB) reposant sur les règles de DBA. Cette campagne a pour cadre la seconde guerre punique (-219 à -201av. J.C.) entre les Romains et Carthaginois et retrace les célèbres batailles qui ont opposées notamment Hannibal Barca et les consuls romains dont Scipio l'Africain. 

L'unité d’éléphant (qui va me causer bien des dégâts)
et celle du général Carthaginois Hannibal Barca.


Je me lance donc dans un petit compte-rendu de ma partie de De Bellis Antiquitatis sur la campagne PUNICA et la bataille de la Trébie (-218 A.V. JC). J'en profite pour chaleureusement remercier Yanngaël qui a organisé cette campagne et nous a prêté ses armées Polybiennes (II/33) et Carthaginoises (II/32a).

Vue du camp romain (une très belle réalisation de Yanngaël)

La première bataille proposée par le supplément est la Trébie (-218 av J.C) qui oppose Sempronius Longus à Hannibal Barca du coté de Placentia dans la plaine du Pô. Je joue les romains et Gérald les Carthaginois, voici en quelques photos le déroulement de cette partie qui a largement tournée en faveur d'Hannibal/Gérald.


Yanngaël à gauche et mon adversaire du soir Gérald.

Le déploiement des deux armées : les romains sont en bas dos à la Trébie et les Cartaginois en haut près de la ville de Placentia.

Le déploiement imposé par le scénario de la Trébie.
Mes unités ne sont pas très bien organisées.

Mon idée au vue du déploiement imposé, était de temporiser au maximum pour déployer mes lames et lances en réserves pour protéger mes flancs. Mais rien ne s'est passé comme espéré.

 
Vue du champ de bataille depuis la ville de Placentia.


Un fait de jeu est que le D6 de Gérald lui a souvent été favorable et surtout au moment des combats, les 6 sont tombés "comme à Gravelotte" :

Le symbole de cette partie : le 6 au dé de Gérald !

Gérald ayant l'initiative au premier tour. Il décide de lancer une violente charge d'Hannibal, de ses éléphants sur mon flanc droit et sa cavalerie sur mon flanc gauche avec ses 3 points d'initiative.

Gérald lance ses unités mobiles et montées sur mes flancs.

En réaction, je vais essayer de contenir les troupes de Magnon
sur mon flanc gauche et j'avance ma ligne et mes réserves.

Avec du recul, j'ai commis l'erreur d'avancer ma ligne et mes réserves vers Hannibal. Je lui est permis de venir au contact à l'occasion de sa seconde impulsion et donc de contacter mon général. J'aurais du au contraire reculer et recentrer mon général afin de le protéger !

Hannibal et son unité d’éléphant enveloppent mon général,
interdisant tout recul en cas de défaite au combat !

Le combat qui opposa les deux généraux tourna a l'avantage de Gérald grâce à un bon jet de dé et surtout du fait que je sois déborder à droit, tout recul est impossible. J'ai donc perdu mon général, dés lors mes points d'initiative vont être divisés par deux rendant mes déplacements très très limités (pour bouger un unité ou un groupe d'unité je dois donc dépenser 2 points d'initiatives).


Tiberius Sempronius Longus n'a pas fait long feu !
Hannibal sent la victoire à sa porté ...
 
Les éléphants d'Hannibal profitent de leur avantage pour avancer sur mon flanc droit et vont essayer d'écraser mes unités d'infantrie (lames, lances et psilètes) :

L'unité d'éléphant va realiser un virage à droite sur place et
mettre la marche avant... le panzer est lancé, rien ne va l'arrêter !

Afin de contrer se mauvais début de partie, j'essaye de mettre en place une ligne de défense pour protéger mon flanc droit des ravages des éléphants. Je déploie deux unités de blades/lames et spears/lances issues de ma réserve tactique sur mon flanc droit pour contrer Hannibal et son unité d'éléphant. J'ai repérer l'opportunité en cas de bon jet de dé d'éliminer le général carthaginois en obligeant l'éléphant à mettre la marche arrière et écrasant de ce fait Hannibal et ses aides de camps.

La situation est tendue mais pas encore désespérée...pour l'instant.

Mais rien n'y fait, tel un panzer l'unité d'éléphant d'Hannibal réussi à dominer mon élément de lames et l'écrase promptement :

Le "panzer" éléphant est lancé et rien ne va l'arrêter
malheureusement pour moi et mes gentils romains.
 
Sur mon flanc gauche, Magnon est rejoint par la cavalerie d'Hannibal.
J'essaye tant bien que mal à résister aux assauts Carthagénois.

 
Je lance ma dernière unité de lances restée en reserve pour contrer l'unité d'éléphant mais sans trop d'espoir. J'ai déjà perdu 2 unités dont mon général (soit 3 points de victoire, la partie s'arrêtant à 4 PV ou plus perdus).


Ma dernière chance de renverser la situation
ne sera pas plus favorable que les précédentes.
 
Le combat entre mon unité de lame et celle d’éléphant
se joue sur un ration de 3 contre 4 points de force avant les lancés de dés.
 
A nouveau, les lancés de dés extrêmes conduise à l'élimination de mon unité de lames, écrasée à nouveau par l'unité d’éléphants qui décidément ne connait pas la marche arrière (ma 3e unité est éliminée pour 4 PV au bénéfice de Gérald) :

 
Je perds également une unité de psilète sur mon flanc gauche
et l'autre sur mon flanc droit parachevant la victoire d'Hannibal !
 
Fin de partie : Tiberius Sempronius Longus est battu par Hannibal Barca très sèchement 6 PV à 0 (Gérald a éliminé 5 unités dont mon général).

 
Mon bilan : Il n'est pas brillant car Gérald a bien joué le coup et en enveloppant mon flanc droit, il ne pas laissé beaucoup d’opportunités de retourner la situation en ma faveur. J'ai eu l’occasion de repousser 1 fois l'unité d'éléphant qui aurait pu écraser son général en reculant mais des jets de dés extrêmes en ont décidé autrement.


Ensuite, j'ai mis mes réserves en opposition en espérant un coup de fatigue de l'unité d’éléphant et la main moins heureuse aux dés de Gérald, mais là encore Gérald et les éléphants ont été solides... et l'unité de "Panzer/éléphants" a décidé de gagner la bataille toute seule.


Ma seule petite victoire dans l'histoire est d'avoir réussi à contenir les deux unités de LH et Ps sur mon flanc gauche (puis une unité de cavalerie) avec deux unités (une de cavalerie et une de psilète) pendant toute la partie. J'ai quand même perdu mes psilètes dans l'affaire mais je n'ai pas trop été menacé de ce coté là du terrain.

En conclusion, une victoire nette de Gérald (bravo à lui ) qui appelle une revanche lors de la prochaine bataille qui se situera au bord du lac Trasimène (en -217av J.C.).


A nouveau, je remercie Yanngaël qui a organisé ce début de campagne et nous a prêté ses armées. Merci également à Nicolas Gourmaud pour ce supplément "Punica" qui en proposant des scénarios avec déploiements imposés permet de jouer des parties encore plus rapidement qu'à l'habitude. Du reste, bien frustré par cette défaite j'ai joué deux autres parties de DBA dans la soirée et enfin connu la victoire... mais c'est une autre histoire.

Hannibal peut envisager favorablement la campagne contre Rome !








A suivre ...