WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

mardi 28 juin 2016

[DBA] Boadicée bat les romains et assure le Brexit !

La règle De Bellis Antiquitatis permet de récréer une multitude de batailles qui se sont déroulées à des temps reculés de l'histoire. Ainsi, l'antiquité avec ses armées variées et "hautes en couleurs" est souvent la période choisie par les aficionados de cette règles pour revivre de célèbres batailles. Celle que je vais relater dans cet article a vu s'opposer des légionnaires romains venus "mater" une insurrection de guerriers celtes de l'ile Bretonne menée par Boadicée vers l'an 60 Ap. J.C.

Pour cette partie de DBA, j'étais opposé à Yann-Gaël qui jouait l'armée de Boadicée tandis que je commandais les méchants romains venus étouffer la révolte de la reine du peuple "Iceni" pour les ramener dans le giron de l'empire. Alors Brexit or no Brexit ?

Afficher l'image d'origine
Boadicée sur son char (ou Boudicca ou Boadicea)

Rapidement la présentation des armées : 

La liste des premiers romains impériaux (II/56) couvre la période 25 Av. J.C. - 197 Ap. J.C soit la réorganisation de l'armée par l'empereur Auguste jusqu'au règne de Septime Sèvere.

L'armée impériale romaine.

Cette armée qui comprend beaucoup d'options a une base de 4 unités de blades (4Bd) et 3 d’auxiliaires (4Ax) de types lourdes. Pour les 5 éléments restants, on retrouve un général qui peut être monté (Cv) ou à pied (4Bd), un élément de cavalerie (Cv) et 3 autres unités à choisir parmi de la cavalerie (Cv, LH, 3Kn ou LCm) ou des piétons (4Ax, 4Bw, 3Wb, Ps, 3Bd) ou de l'artillerie (Art). 

Dans notre partie, l'accent a été mis sur l’infanterie avec 4 blades (4Bd) et 4 auxiliaires (4Ax) accompagné de 3 unités de cavalerie.


Détail de l'aide de jeu sur la composition de l'armée romaine.

L'armée des anciens britons (II/53) comprend quand à elle une base de bandes guerrières "lègéres" avec 5 unités de Warband (3Wb). Le général peut être à pied (3Wb) ou dans un charriot (LCh). Du coté des unités montées on retrouve 2 éléments de cavalerie légère (LH) et en option 3 charriots supplémentaires (LCh). Pour les piétons, le joueur a le choix d'aligner un mixte de 4 psilètes, 4 bandes guerrières "légères" (3Wb) et 1 unité sacrificielle de hordes (7Hd) composée de druides et de femmes qui hurlent ("Sacrificing druids and screaming women" dans le texte !).


Les chars celtes.
L'aide de jeu pour l'armée de Boadicée.

Pour notre partie, Yann-Gaël alignait 4 chariots, 2 unités de cavalerie légère et 6 éléments de warband (3Wb).


La partie :

Sur le papier, les deux armées se valent, car les blades (les lames) peuvent éliminer au simple (en réalisant un score supérieur à son adversaire sans même avoir besoin de réaliser de double du score adverse) la plupart des unités piétonnes mais pas les warbands (les bandes guerrières) qui elles tuent au simple les blades.


La mise en place initiale des troupes.

Le déploiement initial étant imposé (car tiré d'une mise en place utilisée en démonstration de la règle lors d'Orléans Joue 2015), l'idée était d'utiliser au mieux les différentes unités en adéquation avec la nature du terrain (avec une forêt dans chacune des moitié de terrain et une colline en plus de mon coté). Donc, en résumé le gros de mes troupes romaines était situé entre la forêt et la colline, ce qui restreint les possibilités de manœuvre dans le premier tour, là où Yann-Gaël avait un terrain plus ouvert sur son flanc droit.


Yann-Gael lance ses charriots et sa cavalerie contre mes ailes.

Lors du premier tour, j'ai avancé ma ligne de piétons sur mon front central et sur mon flanc droit pour dégager un espace pour sortir ma cavalerie. Yann-Gaël de son coté envoya ses éléments montés sur mes flancs créant de se fait des menaces directes pour mes piétons.


Les romains avancent prudemment vers les gaulois.

Au cours de deuxième tour, nous avons avancé chacun nos lignes de piétons au centre sans tout fois nous mettre en contact. Mon adversaire habilement a retardé le moment de la confrontation pour choisir dans son tour les combats et utilisant les meilleurs positions de débords et de prise de flanc. Pour une fois les romains ont été un peu impétueux où un peu impatient dans découdre !


Les deux armées sont au contact.

Le tour suivant, les deux armées étaient au contact et en une seule série de 4 combats, ce qui devait arriver arriva, je perdais quatre unités à la suite signant la fin de la partie et ceci en un temps record ! Bravo et bien joué Yann-Gaël.


Et hop j'ai perdu quatre unités en un seul tour ! terrible affrontement !

Conclusion :

Boadicée a realisé le Brexit avant l'heure et les romains sont repartis vers leur botte tout pénaux. En termes de jeu, les bandes guerrières sont terriblement efficaces contres les blades car elles les tuent au simple. Avec un déploiement imposé au départ, il est très important de bien gérer le timing des mouvements et des combats. J'aurais du laisser venir à moi les guerriers de Boadicée pour profiter des éléments de terrain de mon coté qui auraient pu empêcher notamment les prises de flancs par les chars adverses très mobiles.

Sinon quel plaisir de rejouer des "batailles historiques" opposants des troupes romaines et celtes du plus bel effet (peintes par Billy sauf erreur de ma part ?). 

Bon, j'ai des romains et des barbares teutons qui attendent leur surcouche de couleur, alors j'y retourne...



A suivre...