WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

samedi 7 mai 2016

[DBA] Les Vikings affronte les troupes d'Hélioclès 1er du royaume Greco-bactrien à Demetrias.

La règle De bellis Antiquitatis permet de se faire affronter des armées variées tant en types de troupes qu'en périodes historiques. Et lors de ma dernière partie de DBA au club Orléans Wargames j'ai pu rencontrer la nouvelle armée de Gérald : les Greco-Bactriens (II/36a) datant du IIe siécle Avant JC. Je lui ai opposé mes désormais fameux Vikings (III/40a) "full blades" du 9e siécle après JC (sacré écart historique).


Un imposant éléphant de guerre qui me posera pas mal de soucis;

Avant de vous raconter cette bataille entre les troupes d'Hélioclès 1er et celle des vikings à Demetrias, un rapide petit tour dans l'histoire des royaumes greco-bactriens s'impose. Voilà ce que nous en dit la fiche wikipedia :
"Les royaumes gréco-bactriens sont un ensemble d'États hellénistiques fondés par des souverains grecs implantés en Asie centrale, centrés sur la Bactriane et la Sogdiane. Ils se sont épanouis à partir du milieu du IIIe siècle av. J.-C. dans le milieu des colons Grecs installés dans ces régions depuis la conquête d'Alexandre le Grand, lorsque le satrape Diodote de Bactriane proclame son indépendance vis-à-vis des Séleucides. À leur apogée, vers 180 av. J.-C., les souverains gréco-bactriens dominent également la Tapurie, la Tranxiane, le Ferghana et l'Arachosie. À la suite des premières conquêtes de Démétrios Ier de Bactriane, les Grecs de Bactriane s'implantèrent au sud de l'Hindou Kouch, en Kapisène (région de Begrâm) et dans le Pendjab oriental, où furent fondés des royaumes indo-grecs . La domination de la Bactriane par les Grecs cessa dans le dernier tiers du IIe siècle av. J.-C., victime des invasions de plusieurs peuples nomades, dont les Yuezhi. Des royaumes indo-grecs subsistèrent jusqu'aux débuts de notre ère".

Une carte des royaume Gréco-Bactriens.

Maintenant, la partie qui m'opposa à Gérald fut très serrée quant à son issue et surtout dans son déroulement. L'armée de Gérald contenait deux éléments de chevaliers qui aiment bien s'attaquer aux blades (destruction de ces derniers au simple) et surtout 4 unités de piques qui lorsqu'elles sont soutenues (c'est-à-dire, deux rangs de piques donnent un bonus de +3 à l'unité de tête contre des piétons) donnent un +6 contre mes blades). 

Bref, de prime abord, l’affrontement paraissait déséquilibré car mes blades sont à +5 contre les piétons et +3 contre les montés et surtout ne tuent rien de l'armée d'en face au simple. Alors dans cette partie pour que je puisse l'emporter, une manœuvre bien menée était indispensable. Bon, c'était sans compter avec des jets de PIP pas très favorables.


Le déploiement initial.

Comme très souvent avec les vikings, j'étais l'attaquant (agressivité de 4) et je me suis donc positionné en second en retournant le terrain pour garder de mon coté la "gentle hill" (colline douce). Gérald s'est déployé en formant deux corps d'armée avec d'un coté ses chevaliers sur l'aile gauche et de l'autre coté des piétons et un babar (élephant) sur l'aile droite. 

De mon coté très classiquement avec les vikings qui ont peu d'espace pour s'exprimer au départ, j'ai opté pour un déploiement en U inversé avec un seul corps d'armée mais deux ailes de quatre éléments chacuns. J’espérais avec de bon jets de PIP étendre ma ligne de front pour tenter un enveloppement de l'aile droite de Gérald (celle contenant les piétons). C'était sans compter mes jets de dés d'initiatives assez faiblards au départ.

Gros plan sur l'aile gauche viking en 4 rangs (mais aucun support au combat).

Mon aile gauche en 4 rang et mon chef (drapeau rouge) au centre en haut de l'image.


Les éléments montés de Gérald  sur son aile gauche : Cavalerie et chevalerie.

Les 4 éléments de piques et l’éléphant de guerre de l'aile droite de Gérald.

Le premier mouvement de Gérald a consisté à rapprocher
toute sa ligne de piétons de la mienne.
Les deux armée sont coupées en deux et les combats font rage
entre les blades et l’éléphant de guerre.
Avec un mouvement de cavalerie sur mon aile droite, Gérald m'a crée un point de menace permanent sur mon camp et du coup j'ai été obligé de laisser 6 éléments de blades en arrière. Ce sont autant d’éléments qui n'ont pu soutenir les combats au centre lors des deux premiers tours.

J'ai réussi à former une ligne de combat pour affronter les troupe d'Hélioclès 1er.
Les combats entre les blades et les piques associées à l'éléphant de guerre aboutissent lors des premiers tours à un statu-quo. Il est impossible d'éliminer des piétons à +6 (piques + piques) au double avec un D6 et des blades à +5 contre les piétons. Au mieux, le rapport de force peut donner 11 à 7 pour les blades, se qui entraine seulement un recul des piques. La solution pour gagner ne passe pas par le combat frontal. Il faut briser la ligne adverse et/ou arriver à créer une prise de flanc ou un débord...plus facile à dire qu'à faire face à un très bon joueur.

Les Vikings font faces aux piques d'Hélioclès sans causer de dégat.

Les vikings arrivent à enfoncer le centre adverse à force de mouvement de recul et de poursuite.

L'arrivée au front des chevaliers (3Kn) vont complétement
changer la physionomie de la partie.
Les chevaliers Greco-Bactriens sont clairement une menace pour les blades Vikings. Ils sont tués au simple, c'est-à-dire, en réalisant un score supérieur simplement à ceux des blades. J'ai tenté d'éliminer la menace des cavaliers sur mon flanc droit en les attaquants enfin à 2 contre 2. Mais je n'ai réussi qu'à les repousser sans les éliminer.

Les chevaliers comme prévu éliminent facilement mes blades.
Le premier combat entre blade et chevalier me couta un élément. Je réussi néanmoins à contenir les piques et l'éléphant sur mon aile gauche. 
(Viking = 1 élément de perdu / Gréco-Bactriens = 0)

La bataille se décante et le centre du terrain se vide progressivement.
Les chevaliers de Gérald ont continué de m'éliminer des éléments de blade. Mais j'ai réussi cette fois-ci à éliminer un élément de cavalerie qui me menaçait sur mon flanc droit et un élément d'auxiliaires (ou spears ?) au centre. Mais les deux éléments de chevaliers ont l'avantage de pouvoir terminer en un tour la partie.
(Viking = 2 éléments de perdu / Gréco-Bactriens = 2)

Fin de partie à mon avantage.
Le dernier tour de jeu va décider de l'issue de la partie. Les chevaliers éliminent à nouveau au centre un élément de blade isolé. Mais après une longue hésitation entre m'attaquer à l’éléphant de guerre isolé avec mon chef et m'attaquer aux deux rangs de piques en tentant une prise de flanc, je choisi (sur les conseils de Sandchaser) l'attaque des piques.


Avec un résultat entrainant l'élimination de l’élément de tête des piques, le rang de support est par conséquent éliminé.
(Viking = 3 éléments de perdu / Gréco-Bactrien = 4)


Gros plan sur le dernier combat de la partie et les 2 éléments de piques restants à Gérald.

Les chevaliers Gréco-Bactrien sont terriblement efficaces contre les blades.
Ils m'auront éliminé 3 unités.

Mes pertes face à l'armée d'Hélioclès 1er.
Conclusion :

J'ai passé un très agréable moment de jeu avec Gérald (très fair play comme d'habitude). La partie a été très serrée et la diversité des troupes de Gérald et les différents points de menace m'ont obligé à gérer au mieux les quelques points d'initiative que j'ai lors de mes jets de PIP. 

J'ai enfin pu vérifier l’intérêt du soclage des éléments solides en 15mm de profondeur par rapport au 20mm. Ainsi, lorsque les blades recule d'un 1/2 BW (soit 20mm) les piques poursuivent que de la profondeur de leur socle. Ansi, le combat n'est pas automatique dans le tour suivant ! Gérald a très bien su exploiter cet élément et j'ai donc appris avec cette partie la subtilité de se soclage moins profond. Après esthétiquement je préfère socler en 20mm pour avoir plus de place pour mettre mes figurines (lorsque je soclerais de la piques je me reposerais la question !). Enfin et surtout ce soclage en 20 mm est compatible avec la régle l'Art de la Guerre.

Avec cette 6e victoires des Vikings pour 2 défaites, je commence à avoir fait un peu le tour de cette armée et je sens le moment venu de peindre une nouvelle troupe pour varier mon jeu et élaborer de nouvelles stratégies. 

Alors à suivre...