WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

jeudi 18 février 2016

[Bolt Action] Die Wacht am Rhein* : un Puma out !

* La garde au Rhin.

La dernière séance du vendredi à Orléans Wargames a été l'occasion d'un nouvel essai de la règle Bolt Action d'Osprey Publishing avec Cassandre (aka "Nicolas"). Billy "Moffom" nous a aimablement prêté à nouveau ses escouades d'Allemands (réguliers) et d'Anglais (vétérans).

Un Panzer IV au premier plan qui attend son heure !

Cette partie a permis à Nicolas de nous présenter de nouveaux décors (disponible dans sa boutique) de 4ground : de superbes maisons et bâtiments pré-peints en échelle 15mm. 

Quelques photos des batiments :


L’Église de type Anglais :-)


Gros plan sur l'entrée !
La boulangerie Pâtisserie "Le Petit Fours"
Un ensemble d'immeubles avec un passage pour traverser ....
Les mêmes bâtiments ouverts et sans les toits.
Tous les bâtiments sur la table de jeu.
La partie n'a pas été très loin car nous l'avons commencé un peu tard et surtout sans notre GO Moffom, les retours au livre de règles ont été très fréquents, ce qui a normalement ralenti le jeu.

En résumé, nous avons choisi de jouer le scénario n°4 : "tenir jusqu'à la relève". Ayant gagné le jet d'initiative, j'ai choisi d'être défenseur et d'un commun accord nous avons décidé que l’Église serait l'objectif à défendre ou à occuper par les deux camps. L'action se passe près du Rhin dans un petit village Alsacien et les bérets Rouges Britanniques de niveau vétéranssont opposés aux VolksGrenadiers réguliers.

Les Allemands sont en bas et
les Britanniques de Nicolas sont en haut.
Je devais placer une escouade d’infanterie dans un rayon maximum de 6 cm de l'objectif (voir même à l'intérieur) et une autre unité de 7 de dégâts ou moins aussi dans un rayon de 6 cm. Enfin, le reste de mes unités devait être partagé en deux avec une escouade et des unités qui rentreront au 1er tour et le reste sera tenu en réserve.

Au premier plan mes unités de réserve (commandement et panzer IC)
Et derrière sur l'espace de jeu la première vague d'infanterie.
Nicolas qui jouait Britons pouvait déployer en tant qu'attaquant tout ou partie de ses unités à n'importe quel endroit de la table mais avec la restriction d'être à plus de 18 cm de l'objectif et de mes unités.

Les Anglais se placent derrière les bâtiments et
sont appuyé par une jeep de reconnaissance.
 
Vue du coin de la table et sur la boulangerie "le petit fours".
A l'arrière plan un Puma (SdKfz 234/2)
Nous n'avons pas joué très longtemps mais suffisamment pour boucler  deux tours. Le début de la bataille commence par le défenseur qui déplace sa première vague d'unités. J'ai donc fait rentrer mes fantassins avec des ordres RUN et ADVANCE (les seuls permis au premier tour pour le défenseur) sans test d'ordre à réaliser


Il faut préciser que les 4/5 premiers tirages de dés d'ordre ont été pour les britanniques et Nicolas en a profité pour se positionner dans les bâtiments qui donnent un bonus de couvert (-2 au jet de tir pour toucher).


Nicolas positionne ses fantassins dans les bâtiments en face de l’Église.
Une fois mes dès d'ordre sortants, je joue des ordres RUN (mouvement double de 12 cm) qui me permettent d'atteindre la première ligne de bâtiments et d'y entrer pour menacer l'axe central de la table) et la boulangerie notamment.


Un de mes fantassins est monté au sommet de l’Église
pour surveiller l'arrivée des Brits.
Mon Puma tient en respect les assaillants,
mais pour combien de temps ?


 
J'ai réussi une touche, mais je ne l'ai pas converti en perte.
Tout au fond, un Cromwell en réserve pour les Brits...
J'ai donc essayé de causer des pertes aux unités de fantassins positionnés en face de l’Église. J'ai tiré avec mon unité de régulier positionné dans le clocher de l’Église et j'ai réussi clouer un fantassin adverse....

Mais à son tour Nicolas en concentrant ses tirs sur mon Puma causa sa perte ! Avec un jet modifié de 10 contre un seuil de dégât de 7 pour le Puma, Nicolas dépasse de 3 la capacité du véhicule à encaisser les dégâts. Il s'agit donc de dégâts massifs qui entrainent un double jets de D6 afin de déterminer sur la table des dommage pour les cibles blindées si le Puma va s'en sortir ou pas !

Un Puma bien seul !
Le résultats des D6 donna un 1 (équipage sonné : pose d'un marqueur PIN et passage de l'ordre en cours en DOWN) et un 4 (le blindé est détruit et devient une épave infranchissable).

Et un Puma out !
Nous décidâmes d'en rester là pour cette partie (il était bien tard) qui se termina sur une victoire aux points de Nicolas. 

Conclusion :
Nous avons un peu galérè pour jouer et les retours fréquents aux règles ont un peu haché ce début de partie. Mais quel plaisir néanmoins de jouer sur une table avec de superbes décors ! Autre point positif, les actions de jeu commencent à être plus compréhensives et de mon coté je distingue et comprend mieux les règles pour le tir entre unités d’infanteries et celles pour le tir entre blindés et piétons.

Tout doucement, je m’imprègne des règles et en les relisant en dehors d'une partie je peux les visualiser par rapport à des situations de jeu déjà rencontrées. C'est comme cela que l'on progresse dans la connaissance des règles et de sa pratique.

A suivre...