WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

vendredi 17 mars 2017

[DBA - PUNICA] Nola en 214 av. J.-C. une victoire nette romaine !

Décidément lorsque l'on aime on ne compte pas et dans la foulée de ma précédente partie de DBA portant sur la bataille de Cornus, Yann-Gaël me propose la même soirée de relever le gant sur la bataille suivante de la campagne PUNICA portée par la règle De Bellis Antiquitatis, à savoir la troisième bataille de Nola en 214 av. J.-C.

La ville de Nola au premier plan et l'armée romaine du général Marcellus au devant
face à l'armée carthaginoise d'Hannibal !

Je n'avais pas eu l'occasion de jouer les précédentes batailles de Nola (en 216 et 215 av. J.-C) aussi j'ai eu un peu de pression sachant que les joueurs romains avaient gagné à chaque fois. Je me devais de faire aussi bien, mais en face il y avait Yann-Gaël un adversaire de haut niveau ! Alors passons au reportage en photos de cette bataille qui aura été très tactique au demeurant.


Le déploiement initial des unités avec les Carthaginois en haut et les romains en bas.

La spécificité du déploiement initial des troupes est que le joueur romains à 3 groupes d'unités à gérer et surtout que les deux ailes sont composées d'une colonne chacune. La contrainte sera pour la romain de réussir à redéployer les éléments de ses deux colonnes afin de former une ligne continue d'unité et ceci le plus rapidement possible avant qu'Hannibal ne commence à attaquer au corps à corps. Vaste défi s'il en n'est ! 

Heureusement, le scénario prévoit que l'initiative au premier tour est donnée au général Marcellus, a lui d'avoir le plus de points d'initiative pour élaborer une tactique gagnante.


Le jet de point d'initiative me donne un 5, ce qui est parfait pour déployer
mon aile droite et avancer mon centre vers l'ennemie carthaginois.
J'en profite pour occuper le labour à gauche de la route.

Mon adversaire n'est pas en reste et avec 4 points d'initiative.
Il avance sa ligne et envoie la cavalerie sur mon aile gauche.

Le combat est inévitable entre les éléments de cavalerie et de psilètes à gauche.

L'attaque romaine est repoussée, je vais devoir trouver un autre angle d'attaque.

Hannibal n'ayant obtenu qu'un point d'initiative, il s'aligne avec son front
de fantassins. Les deux armée se font face, c'est à partir de ce moment là
que les véritables tactique va se mettre en place de part et d'autre.

Avec un PIP de 4, je décide de faire progresser mes deux ailes
mais de manière oblique pour inviter mon adversaire à attaquer
mon centre et ainsi que je puisse essayer de l'encercler.

Hannibal réplique avec 5 points d'initiative et viens se rapprocher
de mes ailes et avance sur mon centre.
Mon plan semble en passe de se réaliser !

L'attaque au corps à corps des psilètes romains et carthaginois ne donne rien.

Avec 6 points d'initiative Marcellus va au contact des carthaginois
sur ses deux ailes, mais habilement pas au centre !

Les différents combats sur les ailes n'entrainent qu'une perte carthaginoise !
Peut-être que les romains ont "loupé le coche" avec cette position très favorable.

Le joueur carthaginois décide d'attaquer au centre avec son éléphant
et accompagné notamment des deux unités de bandes guerrières
(apportant un bonus de support).

Mais contre toute attente, la déesse fortuna ne m'a pas abandonnée
et les attaques sont miraculeusement repoussées. Mes lames réussissant même
à éliminer les deux éléments de bandes guerrière au centre. C'est le tournant de la partie.

Avec 2 points d'initiative le général Marcellus décide d'en finir avec Hannibal et
optimise son attaque sur l'aile gauche carthaginoise en tentant une prise de flanc.

La quatrième unité carthaginoise est donc perdue sur l'aile gauche d'hannibal,
mais celui-ci "sauve l'honneur" en éliminant au centre une unité romaine.
Le score final est de 4 unités carthaginoises éliminées conte une seule pour Rome.


Conclusion :

Le déroulement de cette partie n'a pas souffert de rebondissement (heureusement pour moi) comme la précédente (Cornus 215 av. J.-C). Rome a emporté la partie mais moins facilement qu'il n'y parait. Le momentum aura été lorsque les deux unités de bandes guerrières qui détruisent au simple les lames adverses ont été éliminées sur deux jets de dés extrême (6 contre 1). A partir de ce moment là, la partie ne pouvait plus m'échapper, ayant l'initiative et un gros avantage en nombre de plaquettes éliminées.

Yann-Gaël s'est bien défendu et le manque de réussite lors de son attaque au centre à déterminé l'issu de la bataille. J'ai pris un risque calculé en l'invitant à venir au centre le temps que j'essaye de causer des pertes sur les ailes. A vrai dire, l'unité d’éléphant bien que très menaçante (+5 contre les piétons contre +3 pour mes lames contre les montés) aura été facilement repoussée par une seule unité adverse et heureusement pour moi.

Donc, une nouvelle partie fort agréable contre Yann-Gaël toujours aussi plaisant à jouer. Il s'agit d'un peintre hors-pair qui partage et échange sans hésitation sur le hobby. Merci à lui pour cette partie de DBA.



A suivre...