WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

dimanche 25 octobre 2015

Waterloo, l'histoire vraie de la bataille de Bernard Coppens.


Afficher l'image d'origine

L'année 2015 marque le bicentenaire de la défaite de napoléon face aux Anglais et Prussiens lors de la bataille de Waterloo le 18 juin 1815 en Belgique.

En bon amateur d'histoire et de wargame je me suis procuré quelques livres sur cette célèbre bataille qui mis fin à l'épopée Napoléonienne. J'ai donc lu "Waterloo, L'histoire vraie de la bataille" de Bernard Coppens au éditions Jourdan (www.editionsjourdan.fr). 


Il s'agit d'un livre de poche qui retrace en 248 pages de récits, d'analyses, de croquis et de dessins d'époque, les erreurs de l'empereur lors de cette bataille et comment il a réussi à manipuler la vérité lors de la parution du récit de la campagne dicté lors de son ultime séjours sur l'ile de St Hélène.



http://napoleon-monuments.eu/Napoleon1er/images/1815WaterlooAlison2.jpg

L'auteur procède à une analyse comparative des différents protagonistes de cette bataille, du simple soldats aux commandants, maréchaux et de l’empereur présent ce jour là dans cette morne plaine.

On redécouvre de nombreux faits connus mais aussi d'autres plus inattendus pour ma part (je n'ai pas une connaissance étendue de cette bataille, seulement les traits généraux). Ainsi, j'ai découvert que Napoléon et ses généraux avaient mal estimé la position du village de Mont St Jean objectif principal de l’affrontement pour les Français. De même, la ferme fortifiée du bois d'Hougoumont n'était pas visible de la position d'observation de l’empereur. Enfin, le flanc droit de l'armée française n'était pas gardée contre une incursion surprise des Prussiens du général Von Bülow.

Napoléon n'était plus le chef de guerre infaillible lors de cette bataille, son regard d'aigle l'avait quitté (bien qu'il s'en soit défendu par la suite). Les erreurs dans la conduite des opérations se 18 juin 1815 ne pouvaient venir que de ses subalternes selon lui.

Malheureusement, ce jour là la bataille était perdu avant même d'être livrée, car le terrain choisi par les Anglais et accepté par Napoléon lui était bien trop défavorable. Sans doute aussi que ses généraux avaient perdu la confiance dans celui qui les avaient si souvent mené à la victoire. Une succès à Waterloo, n'aurait sans doute fait que retardé l'échéance inéluctable d'un régime à bout de souffle et qui avait entraîné tant d'hommes vers la mort sur les champs de bataille européens.

Conclusion :

J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre de poche, que je pense vulgarisateur sur le déroulement de cette bataille et qui pourfend les mensonges de l'histoire de cette formidable affrontement.


La présence de très nombreux croquis, de cartes et de témoignages rendent la lecture de ce livre très plaisante.

Napoléon pensant le 17 juin 1815 que les Anglais allaient quitter la Belgique, n'a pas procédé comme il en avait eu maintes et maintes fois pris l'habitude à un examen minutieux du terrain la veille de la bataille. Le lendemain, le 18 juin 1815, il sera trop tard... la bataille sera perdue et l'empire terminé.